La Pousse de Riz,blog philo

Les posts du Blog Philo

  • La Pousse de Riz

L'attention juste - Sati

L'Octuple Sentier des Nobles : Bhavana

Extraits de "Méditer au quotidien" de Hénépola Gunaratana


Il y a une différence entre être conscient d'une pensée et penser une pensée.

Cette différence est très subtile. C'est essentiellement une question de sensation ou de texture. Une pensée dont vous être simplement conscient par l'Attention pure est ressentie comme légère dans sa texture. Il y a un sentiment de distance entre cette pensée et la conscience qui la perçoit. Elle apparaît légèrement, comme une bulle, et elle disparaît sans donner nécessairement naissance à la pensée suivante dans cette chaîne. La pensée consciente normale est d'une texture beaucoup plus lourde. Elle est pesante, impérieuse et contraignante. Elle vous aspire et prend le contrôle de la conscience. De par sa nature même, elle est obsessionnelle, et elle conduit directement à la pensée suivante dans la chaîne, sans intervalle apparent entre les pensées.

La pensée consciente établit une tension correspondante dans le corps, une contraction musculaire par exemple ou une accélération du rythme cardiaque. Mais vous ne la percevez pas tant qu'elle n'a pas grandi au point d'entraîner une véritable douleur, car la pensée consciente ordinaire est vorace. Elle s'empare de votre attention dans sa totalité et n'en laisse rien pour observer son propre effet. La différence entre être conscient de la pensée et penser une penser est très réelle. Mais cette différence est difficile à percevoir. La concentration est l'un des éléments nécessaires pour y parvenir.

La concentration profonde a pour effet de ralentir le processus mental et d'accélérer la conscience qui l'observe. Il en résulte une capacité plus grande pour examiner le mécanisme de la pensée Elle joue le rôle d'un microscope permettant de regarder des états intérieurs subtils. En focalisant l'attention, nous développons un état dans lequel le mental est fixé sur un objet unique sur lequel s'applique une attention calme et constante. Sans un tel point fixe de référence, vous vous perdez, vaincu par les vagues incessantes du changement qui tourbillonnent dans le mental.


L'Attention est le plus important aspect de la méditation.

C'est la chose primordiale que vous essayez de cultiver. Aussi n'y a-t-il réellement aucun besoin de lutter contre les distractions. Le point crucial est d'être conscient de ce qui se passe. Souvenez-vous que la concentration n'est qu'un outil. Elle est secondaire par rapport à l'Attention pure. Du point de vue de l'Attention, il n'existe à vrai dire aucune distraction. Quoi que ce soit qui apparaisse dans le mental est vu comme une occasion de plus de pratiquer l'Attention. La respiration n'est qu'un foyer de focalisation, utilisé comme objet primaire. Les distractions, quant à elles, sont utilisées comme des objets secondaires. Elles constituent certainement une part toute aussi grande de la réalité que la respiration. En fait, l'objet sur lequel porte l'Attention n'a que peu d'importance. Vous pouvez être Attentif à la respiration, Ou vous pouvez être Attentif à la distraction. Vous pouvez être Attentif au fait que votre mental est au repos et que votre concentration est forte, comme vous pouvez être Attentif au fait que votre concentration est en miettes et que votre mental est en pleine confusion. Maintenez simplement cette Attention et la concentration viendra.

Le but de la concentration n'est pas de se concentrer sur la respiration, sans interruption, pour toujours. Ce serait sans intérêt. Ce n'est pas non plus de développer un mental parfaitement calme et serein. Bien qu'il s'agisse d'un état merveilleux, il ne conduit pas lui-même à la Libération. Le but est d'arriver à l'Attention ininterrompue. Celle-ci, et uniquement celle-ci, produit L’Éveil.




Credit Photo Lama Tashi - Mingyur Rinpoché - 2013