La Pousse de Riz,blog philo

Les posts du Blog Philo

  • La Pousse de Riz

La compréhension juste

L’octuple Sentier des Nobles : Prajna

D'après Bhikkhu Bodhi


Prajna signifie en sanskrit une forme de connaissance jnana qui porte vers l’avant pra, vers ce qui précède, c'est à dire vers l’origine du phénomène et non le phénomène lui-même. C'est l’entraînement à la sagesse, destiné à éveiller les facultés de compréhension pénétrante pour voir les choses « telles qu’elles sont ».


Le premier aspect de la sagesse est la vue / la compréhension juste

Pour quelle raison ? Pour donner une direction à tous les autres facteurs. S'engager dans la pratique sans un fondement de compréhension juste, c'est partir en voiture sans consulter une carte ni GPS pour aller vers un lieu dont on ne connait qu'un nom. Pour arriver à l’endroit désiré, il faut avoir une idée de la direction générale.


Nous devons nous interroger sur notre direction générale habituelle On peut dire sur notre orientation conceptuelle face au monde. Nos points de vue sur toutes les questions du monde ainsi que nos valeurs ont un impact qui va au-delà de nos convictions théoriques. Ils influencent nos attitudes, nos actes, toute la direction de notre vie. Même s’ils ne sont peut-être pas clairement formulés dans notre esprit, ils structurent nos perceptions en un cadre conceptuel à travers lequel nous interprétons le sens de notre présence dans le monde. Ces points de vue conditionnent ensuite nos choix et nos actions. Nos actions ont des conséquences, mais les actions et leurs conséquences dépendent du point de vue dont elles sont issues.


Les points de vue se divisent en deux catégories : les justes et les faux

  • Une opinion fausse, même si cette position est floue, va nous mener dans une série d’actions qui générera de la souffrance

  • Une compréhension juste va nous mener à l’action juste et, par conséquent, à la libération de la souffrance

La compréhension de la loi du karma est essentielle pour agir : le juste et le faux, transcendent les opinions reçues sur ce qui est bon et mauvais, ce qui est bien et mal. Tout le monde dans une société peut applaudir un type particulier d'action comme juste, et condamner un autre type comme mal, cela ne les rend pas fondamentalement justes ou fausses pour autant.

Pour le Bouddha, les normes morales sont objectives et invariables. Son fondement est le fait que les actes, sont l’expression de la volonté et produisent des conséquences. Le lien entre les actes et leurs conséquences est intrinsèque à l’intention. Il n’y a pas de juge divin qui attribue des récompenses ou des punitions. Pourtant les actes eux-mêmes, par leur nature morale ou immorale inhérente, génèrent des résultats appropriés.


Conclusion : notre orientation conceptuelle face au monde est décisive

Le Bouddha dit qu’il ne voit aucun facteur aussi responsable de l’émergence d’états d’esprit non-bénéfiques que les opinions erronées, et aucun facteur aussi utile pour l’émergence d’états d’esprit bénéfiques que la Compréhension Juste. Il dit aussi qu’il n’y a pas un seul facteur aussi responsable de la souffrance des êtres vivants que la compréhension erronée, aucun facteur aussi puissant à encourager le bien-être des êtres vivants que la Compréhension Juste.



Credit Photo Alain Specty